Le laboratoire de Biofeedback Brucker situé au sein du Miami Jewish Home and Hospital est le laboratoire le plus sophistiqué de son genre, qui développe et met en œuvre des procédures comportementales nouvelles et innovantes ainsi qu’une technologie de microprocesseurs avancée dans le but de rétablir la fonction chez des personnes paralysées du fait de lésions du système nerveux central telles que les accidents vasculaires cérébraux, les lésions cérébrales, l’infirmité motrice cérébrale, les tumeurs cérébrales et les lésions à la moelle épinière.

Le Laboratoire utilise une procédure d’apprentissage développée par le Dr Bernard Brucker, qui est basée sur le conditionnement opérant et qui est conçue pour apprendre à une personne à utiliser plus efficacement les cellules motrices du cerveau, du tronc cérébral et de la moelle épinière en employant une technologie de pointe.

Cette méthode connue sous l’appellation « Méthode Brucker » est spécifiquement conçue pour apprendre à une personne à trouver et à utiliser les cellules saines et disponibles après la lésion de manière à rétablir la fonction. Des électrodes de surface sont placées sur les muscles qui ont une fonction limitée ou inexistante. Ces électrodes ne produisent pas de stimulation mais captent l’activité des neurones moteurs provenant du cerveau, du tronc cérébral et de la moelle épinière lorsqu’elle arrive au niveau du muscle. Ces électrodes sont connectées à des ordinateurs spécialement conçus qui traitent ces signaux moteurs de manière précise et rapide et les présentent sur un écran placé en face de la personne. De cette façon, une personne peut en fait voir comment elle utilise les cellules du cerveau, du tronc cérébral et de la moelle épinière. Même de faibles quantités d’activité des neurones moteurs sont perceptibles par ce système. Cette information est ensuite utilisée dans le contexte de schémas d’apprentissage pour permettre à la personne de trouver des cellules de rechange dans le cerveau, le tronc cérébral ou la moelle épinière et de les connecter aux muscles.

Une fois appris, ces accroissements dans le recrutement des neurones moteurs et dans la coordination du recrutement des neurones moteurs sont permanents. Lorsqu’un individu acquiert un meilleur recrutement coordonné des neurones moteurs vers les muscles atteints, ces muscles peuvent mieux répondre à d’autres procédures thérapeutiques, même s’ils avaient précédemment cessé de répondre à ces traitements.